41 Partages

Une maîtrise -incontestable- de la locution, une puissance vocale mystique, c’est un bon début pour décrire Joachim Des Ormeaux!
Cet artiste de Jazz, poète originaire de la Martinique est avant tout un autodidacte. Après Horizon Jazz Kréyòl son premier album, Sak lanvi maintient, trois ans après, sa lignée originale dans le Jazz…Ce deuxième opus s’ancre sans efforts dans le patrimoine créole et caribéen. Rencontre.

Nom: Des Ormeaux Prénom: Joachim

Age:  Des fois j’ai l’impression d’avoir 300 ans et des fois j’ai l’impression de ne pas être encore né.
Mais je pense surtout avoir l’âge de la raison.
Couleur: Rouge royal

Dicton: « Fo pa ou souflé difé épi mangé fawin manniok an menm tan » (il ne faut pas s’éparpiller)

Activité professionnelle : Auteur, compositeur, interprète jazz créole

Lieu de résidence: Région parisienne

Contacts: www.joachimdesormeaux.com
Réseaux sociaux : Joachim Des Ormeaux Officiel
,

PARCOURS

"La toxicomanie aurait pu être un obstacle insurmontable, mais au contraire elle m’a révélé, et sublimé"

Quand as-tu décidé d’être artiste? Explique-nous ta profession. Je ne suis pas certain de l’avoir décidé. Cela s’est naturellement mis en place par … mimétisme.
J’ai grandi dans un environnement artistique, de part un père musicien, dans un quartier foyalais où j’ai pu croiser beaucoup d’artistes tel Marius Cultier ou Francisco par exemple. Un milieu passionnant pour l’enfant curieux que j’étais. Je me suis imprégné de cette ambiance artistique et des ressentis, ce qui a certainement révélé, d’une manière inconsciente, une certaine aptitude à l’expression artistique qu’elle soit musicale ou, théâtrale.
Plus jeune il n’était pas rare que je retrouve mes amis à l’angle de ma rue afin de chanter et jouer aux tambours, ce qui d’ailleurs rassuraient les parents car ils pouvaient nous entendre et de fait savoir où nous étions. Ma vision de la profession d’artiste ne se limite pas à une seule expression. Je m’exprime par le biais de différents supports que sont la musique, la vidéo ou les textes (poésie)… Mais je n’exclus pas une incursion dans des genres ou des arts où je ne serais pas attendu.
En effet, je pense que les actes artistiques sont légitimes dans la mesure où ils sont réalisés dans la règle de … l’Art présenté, dans leur quintessence et une intégrité essentielle
.

Conducteur de Bus, musicien…comment tu gères tout cela ? Je tiens à préciser que je suis « machiniste-receveur », ce qui est différent de l’appellation de « conducteur de bus » puisque je conduis, en effet, une machine a vocation de service publique et commercial. J’ai une double formation de motoriste et commercial dans le domaine des engins terrestre et maritimes pour le reste je suis essentiellement un autodidacte. Je suis arrivé grâce aux circonstances de la vie à ce métier, et j’y ai trouvé une dimension humaine très intéressante dans le contact avec la foule.
En effet, je peux croiser jusqu’à 500 personnes par jour. Ce sont autant d’attitudes, d’expressions de visage ou verbales qu’il m’est donné d’approcher. Cela crée un rapport humain très fort. Doté de cette capacité sensorielle développée, je reste positivement ouvert aux gens. Cela passe beaucoup par un contact important : le regard. Il est doux et agréable croiser ou de manifester le regard de l’univers dans le regard de l’autre.
Je trouve qu’il y a même une analogie avec le « travail » d’artiste qui doit aller vers son public et être dans une démarche d’ouverture, d’échange et de proposition.
D’ailleurs, les conditions de travail de nuit correspondent à mon rythme de vie artistique. J’évolue dans un cycle inversé qui correspond lui-même à mon profil spirituel puisque c’est dans la dynamique mystique de la nuit que tout peut se produire, se réaliser ou alors se manifester…

Raconte-nous la genèse de ton 2ème album “Sak Lanvi”.
Sak Lanvi, c’est en premier lieu un titre composé par Arnaud Dolmen dont j’ai écrit le texte. Reflet d’une collaboration avec le batteur guadeloupéen qui va bien au-delà de l’amitié et de la confiance mutuelle. Le sens donné au texte sur les sentiments vertueux d’espoir et de travail ont évolué vers un besoin de déposer ce sac d’envies au pied du public. Des envies assouvies ou inassouvies, témoins de l’évolution du chemin parcouru depuis le 1er album en 2013.

Suivant ton expérience, quelle a été la chose la plus difficile à accomplir pour réaliser ton/tes rêve(s) ?
Aller puiser, au plus profond de moi, des sentiments enfouis pour leur donner corps à travers mes mots, les expressions de mon visage, ou encore mon regard. Et, donc arriver à un lâcher prise sur mon passé.

"Les actes artistiques sont légitimes dans la mesure où ils sont réalisés dans la règle de l’Art, présentés dans leur quintessence et une intégrité essentielle"

Quels principaux obstacles as-tu rencontré dans ta vie ? Comment les as-tu surmontés ?
Sans détour, la toxicomanie aurait pu être un obstacle insurmontable, mais au contraire elle m’a révélé, et sublimé. Né et élevé dans un contexte familial parfois difficile, j’ai tricoté une souffrance depuis l’enfance accentuée par les obstacles de la vie à l’âge adulte. Séparé de ma première fille, j’ai été ramené à mon histoire familiale et d’enfant non désiré confié à sa grand-mère dès l’âge de trois mois. Pour tromper cette souffrance, et essayer de l’atténuer, j’ai pris certaines substances dites de drogues dures.
Assez paradoxalement, cette consommation s’est révélée être un déclencheur de prise de conscience spirituelle. Je n’ai jamais autant lu ou cherché à me documenter pour porter ma quête spirituelle et d’émancipation psychologique durant cette période. Je ne m’en cache pas, car je l’associe à cette démarche salutaire par la seule force de mon esprit, et la volonté de l’univers.

Quelle est ta plus grande peur ?
J’ai peur du feu, des flammes. Ne supporte pas plus les bougies d’ornement. Peut-être est-ce dû à un traumatisme de brûlure étant enfant. En toute contradiction, issu d’un signe de feu (lion) je m’identifie pourtant à un volcan en éruption.


Des projets futurs ?
Je projette de mettre en lumière mes textes, mes mots dans une recherche d’épanouissement intellectuel et artistique. Je poursuis mon travail d’échanges et de synergie pluri-artistique avec mon réseau de « Friends » tout autant sur le plan de la musique, mais aussi d’autres disciplines telles que le théâtre, la sculpture, la danse etc.

INSPIRATION

Qui est ton modèle dans la vie ?

Ma grand-mère. Une femme forte qui m’a élevé, à la « dure », en m’inculquant des valeurs morales que je transmets moi-même à mes filles.
Sa présence est en filigrane dans mon écriture en créole authentique et empreinte d’envolées métaphoriques qui caractérisent ma plume.

Si tu étais une personnalité qui a marqué notre histoire, ce serait qui ?

Un homme utile pour les autres mais dans l’action. Un Coluche ou un Abbé Pierre.

Quelle est ta principale source d’inspiration ?

La spiritualité, la dimension de l’univers, la communication non conventionnelle.
Je suis passionné. Je l’adapte d’ailleurs dans mon écriture, la sortant de son sens religieux pour en utiliser les images poétiques.

MESSAGE

"Soyez curieux et dépassez vos frontières"

Ton message aux martiniquais/caribéens pour les motiver?

Soyez curieux, et dépassez vos frontières, physiques ou psychologiques, pour voir ce qui se passe ailleurs, et vous en inspirer !
Je pense qu’il faut sortir de ses habitudes de « consommations » artistiques, intellectuelles, même alimentaires pour s’ouvrir au monde.

Quelle direction devrions-nous prendre en faveur de notre société?

Je souhaiterais qu’il y ait enfin une politique culturelle plus marquée envers la jeunesse. Je pense aux conservatoires de musique et à des espaces d’expression d’art, ou structures adaptées, afin d’éduquer les jeunes par la culture, notamment ceux issus des quartiers populaires ou défavorisés.

Quelles actions positives de compatriotes admires-tu ?

Toutes les actions positives de/ou en faveur des compatriotes méritent d’être soulignées. En effet, il nous faut être plus uni pour être plus fort. Et tous ceux qui travaillent en ce sens ont mon soutien et mes encouragements. Aujourd’hui, je soutiens l’action du collectif pour une fréquence FM de Radio ô.

Un mot pour la fin ?

Je n’ai pas de mot pour la fin puisque ce n’est pas la fin.

"L’album SAK LANVI s’inscrit dans ma démarche d’hommage aux rythmes traditionnels caribéens. Il y mêle l’énergie des musiques actuelles, et éclectiques tout en revendiquant la langue créole."

Avant de se quitter, découvrez Joachim plus en détails: 

PORTRAIT

Peux-tu te décrire quelques mots ? Déterminé, réfléchi et spirituel. 

Et en un mot ? Discret…voire timide.

Que fais-tu de ton temps libre ? Je suis un cinéphile averti et un grand amateur de documentaires de culture générale que ce soit sur la nature, les sujets de société, l’histoire…

Face à une situation positive, comment réagis-tu ? Et une situation irritante ? Je conçois les deux émotions comme identiques énergétiquement, à ceci près que la réaction peut être intellectuellement différente. J’intériorise beaucoup, ceci est certainement lié à ma nature profonde de discrétion. J’évite les situations conflictuelles afin de ne pas me laisser aller à de mauvaises colères. Je m’isole donc émotionnellement, et physiquement.

Dans ta playlist, on trouve qui ? Fal frett, Kool and the Gang, Earth Wind and Fire en passant par Grégory Porter, ou Nougaro.

Ton artiste préféré ? Je suis extrêmement touché par Toots Thielemans, harmoniciste, siffleur de jazz belge disparu l’année dernière.

Ton repas préféré ? Ti nain-lan mori-avoka accompagné d’une salade de concombre et du chiktay d’hareng-saur. 

Un voyage mémorable ? Atlanta 1996 pour les J.O.

A travers ton expérience personnelle, quelle culture te fascine et pourquoi ? A travers ma quête de savoir et de spiritualité, je m’intéresse à des cultures énigmatiques et mystérieuses, telle la culture Inca. Je reste persuadé que tout est à découvrir notamment sur son origine. Je m’incline assez vers l’hypothèse d’une culture bâtie par des êtres venus d’ailleurs. D’ailleurs, je retrouve cette dimension mystique dans la culture de l’Egypte ancienne, avec notamment les pyramides, leur construction, positionnement etc.

Des habitudes bizarres ? Un talent étrange ? Une habitude bizarre, oui … Je me ronge les ongles !
Un talent, tout aussi étrange pour beaucoup : Je suis doté d’une douce paranoïa qui me permet d’anticiper, même sensoriellement, beaucoup de situations ou circonstances.

Qu’est-ce qui te donne de l’espoir généralement ? Je dirais que tout dépend de la notion de l’espoir… Le fait de pouvoir me réveiller en vie chaque jour, de respirer à plein poumons l’air qui m’est donné, nourrit les espoirs.

Si demain tu décidais de tout arrêter pour vivre ton plus grand rêve, tu ferais quoi ? Je vis déjà mon plus grand rêve.

41 Partages