751 Partages

Musicien, auteur, compositeur et membre fondateur du Mouvman kiltirel Akiyo en 1979, Joël Nankin ne s’arrête pas là. Acolyte de Guy Konkèt, il est le premier joueur de calebasse, chachayè, du gwoka. En 1995, il devient Artiste plasticien. Il peint la domination des peuples, les drames, ce qu’il n’aime pas… Son militantisme fort sera marqué par un emprisonnement de 1983 à 1989. Derrière les barreaux, sa créativité se libère et ses premiers dessins voient le jour. Trois ans après la prison, il participe à sa première exposition d’art. En 2014, il inaugure son atelier-galerie à Morne-à-l’eau (commune de Guadeloupe). Rencontre avec ce Talan.

Nom: NANKIN   Prénom: Joël  Age:  62 ans Couleur: Bleu

Dicton : Koulèv an toch pa gra Activité professionnelle : Artiste Plasticien

Lieu de résidence : Guadeloupe

Suivez Joël Nankin sur Facebook

PARCOURS

Ses obstacles: le colonialisme dans son pays et la prison

TALAN AN NOU: Quand as-tu décidé de devenir artiste peintre ? Joël Nankin: Je n’ai pas décidé dans mon cas! J’aime à penser que nous avons tous un chemin. Je suis dans l’art depuis 1995.

Quelle a été ta formation ? Je suis un autodidacte mais j’ai eu la chance de travailler dans de nombreux ateliers de maîtres notamment en Haïti, Trinidad & Tobago, etc. 

Avec la peinture, que cherches-tu à transmettre ? Mon regard sur l’humain.

Joël Nankin - Talan An Nou
© Facebook Joël Nankin

J’ai l’impression que je n’ai jamais rien cherché, tout se trouvait sur mon chemin

Comment te viens l’inspiration pour créer ? L’inspiration est dans la vie de tous les jours, j’aime beaucoup la littérature. Je suis souvent dans la réflexion littéraire, elle nourrit mon travail.

(Réflexion) Quelqu’un m’a été très utile, c’est Guy Tirolien. Nous sommes marie-galantais tous les deux mais ce n’est pas seulement ça. C’est l’un des plus grands poètes guadeloupéens. Malheureusement tous les gens qui pourraint être des exemples on ne les cite pas (NDLR : Tel est l’objectif de Talan An Nou).

Quelles sont tes principales influences artistiques ? Nous artistes, sommes multiples… Je n’ai pas une influence mais des influences : indiennes, américaines, africaines et occidentales de part notre histoire.

Suivant ton expérience, quelle a été la chose la plus difficile à accomplir pour réaliser tes rêves ? (Réflexion) J’ai l’impression que je n’ai jamais rien cherché, tout se trouvait sur mon chemin. Un exemple concret est ma réalisation professionnelle…ma vie.

Quels principaux obstacles as-tu rencontré dans ta vie ? Le colonialisme dans mon pays et la prison.

Comment les as-tu surmontés ? En créant…sinon an té ké vin fou.

Quelle était ta plus grande peur ? J’ai eu peur de perdre ma mère.

Des projets futurs ? Tout d’abord c’est de voir grandir ma fille qui a 12 ans. Puis, continuer ce que j’ai commencé le plus tard que possible.

Je suis souvent dans la réflexion littéraire, elle nourrit mon travail

Joël Nankin - Talan An Nou
Déclaration de Joël Nankin, prisonnier politique, face à l'injustice de sa peine © Facebook Joël Nankin

INSPIRATION

Qui est ton modèle dans la vie ? Pas de modèle mais un père spirituel c’est Gérard Lockel, guadeloupéen conscient, militant. Car sé on moun ki paka lagé.

Si tu étais une personnalité qui a marqué notre histoire, ce serait qui ? Non car dans la logique de ce que je dis chacun à sa mission alors quand tu ressembles à quelqu’un tu as ses peines et ses douleurs. Chak moun ni doulè a yo.

Quelle est ta principale source d’inspiration ? La vie. Quand je fais l’expertise de mon travail aujourd’hui j’ai choisi mon camp: le camp des déshérités. Je peins souvent ce que je n’aime pas. C’est très important ! Je suis profondément contre l’injustice peu importe le domaine et j’espère que cela se ressent dans ma peinture.

Je suis profondément contre l’injustice peu importe le domaine et j’espère que cela se ressent dans ma peinture

Joël Nankin Gérard Lockel Talan An Nou
Gérard Lockel © Ugtg.org

MESSAGE

Il faut y croire. N’oublie jamais ton histoire, tu es porteur du rêve de l’esclave : la liberté donc l’excellence

Que dirais-tu aux jeunes et moins jeunes guadeloupéens/caribéens pour les motiver et les pousser à vivre leurs rêves ? Il faut y croire. N’oublie jamais ton histoire, tu es porteur du rêve de l’esclave : la liberté donc l’excellence.

Quelle route déjà tracée, en faveur du développement de la société guadeloupéenne,  devrait-on suivre ? Être nous quelque soit la façon…Que les guadeloupéens prennent la pleine souveraineté de leur pays.

Quelles actions positives de compatriotes admires-tu ? Il y en a beaucoup…Je suis content qu’à chaque fois qu’un guadeloupéen triomphe, c’est une part de moi-même qui gagne. AN KONTAN.

Un mot pour la fin ? FAIM de liberté.

Joël Nankin - Talan An Nou
Stevy Mahy et Joël Nankin à la Rue Piétonne de Pointe-à-Pitre © HappyMan Photography

Avant de se quitter, découvrez Joël plus en détails: 

PORTRAIT

Le musicien qui me pète la tête c’est Guy Konkèt

Peux-tu te décrire en quelques mots ? Passionné.

Et en un mot ? Têtu.

Que fais-tu de ton temps libre ? Je n’ai pas de temps libre sauf quand je prends des vacances.

Face à une situation positive, comment réagis-tu ? Comme le commun des mortels ça dépend de l’intensité de la joie… Et une situation irritante ? La colère.

Dans ta playlist, on trouve qui ? Le musicien qui me pète la tête c’est Guy Konkèt.

Ton artiste préféré ? Gérard Lockel.

Ton repas préféré ? I-tal.

Un voyage mémorable ? Vietnam héroïque, Sénégal.

La culture guadeloupéenne me fascine car nous sommes en train de la construire

A travers ton expérience personnelle, quelle culture te fascines et pourquoi ? La culture guadeloupéenne me fascine car nous sommes en train de la construire.

Des habitudes bizarres ? Un talent étrange ? La cuisine. Je suis un chef.

Qu’est-ce qui te donne de l’espoir généralement ? La jeunesse.

Si demain tu décidais de tout arrêter pour vivre ton plus grand rêve, tu ferais quoi ? Je l’ai déjà fait. J’ai tout arrêté (après 30 ans d’enseignement dans l’hôtellerie) pour la peinture.

Joël Nankin - Talan An Nou
© J.Lanoir

EXPOSITIONS DE JOEL NANKIN

2016

 “CREDO ” Hommage à l’œuvre de Guy Tirolien, Atelier-galerie Nankin, Morne-à-l’eau, Guadeloupe

2015 

“Egzistans”,A telier-galerie Nankin, Morne-à-l’eau, Guadeloupe

2014 

“Grenn Sèl”, Ouverture Atelier-galerie Nankin, Morne-à-l’eau, Guadeloupe

2011

Festival de Longueuil, Montréal, Canada

Hommage à Edouard Glissant, Ville de Baie Mahault, Guadeloupe, happening.

“27 mai, Limyè Ba Yo”, Hommage à nos aïeux, Place de la Victoire, Pointe-à-Pitre, Guadeloupe.

2010 

“Lespwi Sonny Rupaire”, Pavillon de la Ville, Pointe-à-Pitre, Guadeloupe.

Art Bémao, “Le déséquilibre”, Parc de la Centrale, Baie-Mahault, Guadeloupe.

2009

Casa Frela Gallery, Harlem, New York, USA.

2007

“An wonn la” Atrium, Fort-de-France, Martinique.

Hommage à Sonny Rupaire, Centre Rémy Nainsouta, Pointe- à- Pitre, Guadeloupe.

2006

Festival de Jazz de Cayenne, Guyane.

2005

“Le plus difficile pour être humain est d’être chaque jour un homme”, Centre Rémy Nainsouta, Pointe- à- Pitre, Guadeloupe.

2004

Auditorium, Parco della Musica, Rome, Italie.

2003

“Etat d’urgence”, Centre Rémy Nainsouta, Pointe- à-Pitre, Guadeloupe.

Exposition et happening, tryptique, Paris, France.

Exposition, Galerie Gora, Montréal, Canada.

2001 

“Miroirs”, Centre Rémy Nainsouta, Pointe- à- Pitre, Guadeloupe.

1999

“Anmwé”, Centre Rémy Nainsouta, Pointe- à- Pitre, Guadeloupe.

1998

“An mawonaj”, Centre Rémy Nainsouta, Pointe- à- Pitre, Guadeloupe.

“Autour d’une éclipse”, Galerie Espace d’Art, à Baie-Mahault, Guadeloupe.

1997

“Musique Caraïbe”, le Marin, Martinique

Musée National Port of Spain, Trinidad.

1996 

“Bitasyon”, Habitation, le Maud’huy Saint-François, Guadeloupe.

1995 

” Bitako”, Centre des arts et de la culture de Pointe-à-Pitre, Guadeloupe.

1994

“Lakou” Centre des arts et de la culture de Pointe-à-Pitre, Guadeloupe.

Biennale de Saint Domingue, Musée d’art contemporain, République Dominicaine.

1992 – 1996 

“Indigo”, Festival intercaribéen d’arts plastiques, Fort Fleur d’Epée, Gosier, Guadeloupe.

Joël Nankin - Talan An Nou
Mè 67 © Facebook Joël Nankin

Propos recueillis en Octobre 2015

751 Partages