91 Partages

Carol Thorin alias Speedy Gwadalez est une Danseuse de Hip-Hop qui évolue sur la scène artistique depuis de nombreuses années. Du fitness à la compagnie Djòk, en passant par le Cirque du Soleil, elle dégage une énergie singulière et remarquable. En exclusivité, découvrez son portrait avec Talan An Nou. 

« Toujours y croire et de ne pas se contenter de ce qu’on lui demande en général, le travail personnel est à fournir »

12751753_10206820610728594_2013978871_o

© Carol Thorin

 

Nom: Thorin    Prénom: Carol    Âge34 ans       

Couleur préférée: Marron   Dicton: « Je vis ma danse comme je danse ma vie!»

Activité professionnelle: Danseuse Hip-Hop   Lieu de résidence: Baie-Mahault, Guadeloupe

Prix: Championne de France catégorie « Hip-hop chorégraphie », 4ème au niveau mondial catégorie « Hip-hop chorégraphie », Mickael Jackson Girl Dancer

Contact: Son Facebook (Speedy Gwadalez), sa chaîne Youtube (Speedy Gwadalez) et sa chaîne Viméo (Speedy Gwadalez)


PORTRAIT


11922915_10205813350827726_6162589522683266757_o

© Carol Thorin

Peux-tu te décrire en quelques mots ? Souriante, professionnelle, enthousiaste, enjouée, determinée, yo! (Speedy)

Et en un mot ? Guerrière!

Que fais-tu de ton temps libre ? Je m’occupe de mon fils, je m’entraîne et je fais des montages vidéos.

Face à une situation positive, comment réagis-tu ? Et une situation irritante ?  Je remercie Allah pour la situation positive, pour la négative après mon petit coup de colère je cherche la solution car il y en a toujours une, et il y a toujours une raison à toutes choses. 


Dans ta playlist, on trouve qui ?
Michael Jackson, James Brown, En vogue, d’autres Hip-hop, de la soul, en tout cas du « old school ».

Ton artiste préféré ? Michael Jackson

Ton plat préféré ? Dombrés.

Un voyage mémorable ? La tournée internationale avec le cirque du soleil.

A travers ton expérience personnelle, quelle culture te fascines et pourquoi ? La nôtre !

Des habitudes bizarres ? Un talent étrange ? Oui j’en ai mais je vous dirai pas quoi ! Mon aérophagie me donne un talent de rots incroyables !

11144494_10205648792233864_1401435595856741216_o

© Lenny Ladal

Qu’est-ce qui te donne de l’espoir généralement ? Mon fils.

Si demain tu décidais de tout arrêter pour vivre ton plus grand rêve, tu ferais quoi ? Je le vis déjà tous les jours hamdulillah ! mais si je devais arrêter la danse, je me consacrerai à trouver un moyen que d’autres vivent ce rêve là!


PARCOURS


 

12755400_10206820589488063_1257827650_o

© Carol Thorin

Quelle a été ta formation ? Bac comptabilité et gestion, puis BPAGFF musculation et fitness.

Quand as-tu décidé de devenir danseuse ? Professionnellement parlant depuis 2008.

Quelles sont tes participations artistiques ? 

Danseuse pour l’association « DJOK », compagnie « Ki3DKa » de Romuald SEREMES

J’ai participé à différents spectacles et des prestations en plein air en Guadeloupe tels que le spectacle « Apocalypse » en Mai 2015. Je fais partie de l’équipe de Romuald SEREMES depuis l’époque où la compagnie s’appelait « Ethni Savat’ka », remontant aux années 2010 avec la création du spectacle « LOLO 67 ».


Professeur de danse Hip-hop (avant le cirque du soleil)

J’ai enseigné dans les écoles de danse Scherer à Jarry, Kamodjaka à Morne à l’eau, Wargnier à Basse Terre, différentes associations comme « Razin à lyanaj » au Lamentin, foyer extra scolaire au collège du Raizet en 2005 quand j’étais enceinte, à Petit Bourg et autres… avec présentations de spectacles de fin d’année. J’aime donner des cours et des stages. et m’entraîner avec ceux qui aiment la danse au point d’avoir la même volonté, un acharnement sur un entraînement régulier et personnel, ou comme on dit en danse: « à ceux qui en veulent quoi ! ».

Animations de rue au Carnaval

Avec d’autres danseurs de hip-hop, on débarquait entre les parades des groupes pour mettre notre musique et montrer au public de notre île nos free styles. Une fois que le groupe de carnaval arrivait, on partait dans un autre coin de rue pour un autre public, toujours ravi par nos exploits.

J’écris cela parce que je suis surtout une danseuse de rue. J’étais encore à Las Vegas en Octobre 2015 pendant 3 mois,. J’évoluais avec plusieurs équipes de danse de rue. J’ai pris plaisir à danser en dessous de la tour Eiffel et à New York aussi.

Réalisation de vidéos (depuis le début du cirque du soleil)

J’ai commencé à faire des vidéos de danse qui peuvent être regardées sur Youtube (Chaîne Speedy Gwadalez) et Viméo (Chaîne Speedy Gwadalez). Chaque vidéo a un thème. La plupart concerne la visite des pays qui m’ont marquée par la beauté de la nature, comme la Nouvelle-Zélande ou la Nouvelle-Calédonie… Elles peuvent avoir des thèmes et être en plusieurs épisodes également comme celles du Moyen-Orient (trois vidéos: « être une femme arabe », l’Egypte concernant l’histoire du peuple esclaves des pyramides, et la pauvreté du pays). Il y a également quelques vidéos sur la pollution dans le monde (Ex: « témoin de mon époque »).

Mais surtout, chaque vidéo représente une ou plusieurs danses particulières de Hip-hop. Elles peuvent aussi être basées sur des rencontres et les découvertes de la culture telle que « YINNNNN », vidéo de la Thailande ou encore « France » où j’échange la danse avec plein de danseurs de France, « MJIWTour Life » qui m’a permis de réunir les danseurs du casting pour un dernier souvenir de la tournée du cirque.

Cela m’a permis d’acquérir beaucoup de connaissances techniques en l’audiovisuel. Maintenant, je fais aussi des réalisations et des montages vidéos pour ceux qui le souhaitent et qui ont un talent à montrer.

As-tu un projet en cours ? Que défends-tu à travers lui ? J’en ai un, mais je le dévoile jamais tant qu’il n’est pas sûr.

Comment te viens l’inspiration pour danser ? Un spectacle favori ? La musique et la nature! Pas de préférence pour les spectacles.

Michael Jackson THE IMMORTAL World Tour du Cirque du Soleil – Vidéo officielle de YouTube

Comment s’est déroulée la tournée « MJ : The Immortal World Tour » du Cirque du soleil ? En 2010, j’ai eu la chance d’intégrer le cirque du soleil pour le show en hommage à Michaël JACKSON. La tournée mondiale a duré 3 ans. En restant tenace et à 200% pour chaque spectacle, ça s’est très bien passé.

Et le casting dans tout ça ? J’ai pris connaissance des auditions internationales du cirque du soleil alors que les dépôts de candidatures pour l’audition la plus proche de la Guadeloupe (soit à New York) étaient déjà clôturés. Mais par mon côté acharné et l’audition ne s’étant pas encore déroulée, je me disais que rien n’était impossible. Je n’avais rien à perdre à demander sur Facebook (en annonce sur la page d’accueil) qui connaissait quelqu’un connaissant un artiste travaillant pour le cirque du soleil. Et par chance, une amie en connaissait une.

En écrivant à cet artiste, elle m’a juste donnée un contact. J’ai tout de suite envoyé mon CV et une vidéo de 2 minutes de danse hip-hop (faite dans un coin de Jarry à l’arrache le soir). Ce contact m’a mis en relation avec les responsables des castings. Ils m’avaient répondue qu’ils avaient apprécié mon talent mais avait remarqué que je vivais en Guadeloupe. Ils disaient qu’ils culpabiliseraient de voir que je paye un billet d’avion juste pour passer l’audition car si ça fonctionnait pas je serais bien triste. Mais je leur ai confirmé que je préfère dépenser toutes mes économies pour tenter ma chance, que de rester en Guadeloupe à regretter de ne pas l’avoir fait. Car il ne s’agissait pas de n’importe quelle audition, cette fois c’était en l’honneur de « Michael JACKSON », le chanteur sur lequel j’ai grandi pratiquement avec sa musique et ses clips. Et là, ils ont validé ma demande et m’ont mis dans l’audition de New York.

Premier jour

Le casting s’est fait sur deux jours. Plus de 500 danseurs étaient présents. 8h du matin, l’heure de convocation. Séparés en 5 groupes, j’étais dans le premier. Une fois les 100 personnes alignées en 5 grandes lignes dans la grande salle, Travis Payne avec sa partenaire Stacy Walker sont arrivés pour nous apprendre 8×8 de chorégraphie mixées de Michael Jackson. Une fois la chorégraphie montée, ils nous ont fait sortir le temps de la montrer au deuxième groupe. Cela nous laissait le temps de la réviser personnellement et de préparer notre passage. Mon groupe est rentré à nouveau dans la salle quand le deuxième est sorti. 5 par 5, un seul passage de la chorégraphie chacun, suivie de 2×8 d’improvisation. Nous avons attendu que tout le monde passe dans mon groupe pour savoir qui avait réussi la première étape du casting. Il y a eu deux autres étapes l’après midi, chaque fois des personnes étaient éliminées.

Nous avons fini à 16 candidats le premier jour. De plus, ils sont très doués à créer le suspens car depuis le début de l’audition, ils disaient à voix haute les numéros des candidats sélectionnés pour la prochaine étape, alors qu’à la dernière étape du premier jour, ils ont fait sortir les numéros qu’ils avaient appelés. Vous n’imaginez pas la sensation éprouvée quand ils ont été appelés et que vous les voyez partir. Tu te dis que c’est fini, ça y est. Et c’est là que le chorégraphe nous dit que c’est nous qui avons été retenu. C’était un soulagement accompagné d’un bonheur inexplicable. Le premier jour s’est terminé à 20h.

Deuxième jour


Le deuxième jour, rendez-vous 8h du matin. Nous nous sommes retrouvés avec des danseurs qui étaient déjà passés et retenus aux auditions en Europe. Plusieurs autres étapes avec éliminations ont été faites: apprendre une chorégraphie de Jazz à la première, atelier de duo à la deuxième (préparer une chorégraphie à deux avec des portées), ambiance battle à la troisième incluant des improvisations. Une journée intense remplie d’émotions, de suspens et de fatigue à contrôler.
Nous avons fini la journée par une photo de groupe avec tous ceux qui ont été retenus jusqu’à la fin. Et nous devions attendre la réponse par courriel dans les semaines ou mois à venir.
L’audition à New York s’est déroulée en fin décembre 2010. Certains danseurs m’ont dit qu’ils ont reçu leur réponse en mars 2011. Moi, j’ai eu la mienne 3 jours après.

Résultat

C’est en rentrant de ce voyage que j’ai su. Je n’avais même pas déballer mes bagages que je consultais déjà mes mails. Et c’est là que j’ai vu le message. Mon coeur battait tellement fort que j’ai pris deux minutes avant d’ouvrir le mail. Ma mère et mon fils parlaient à coté de moi, je n’avais encore rien dit. C’est en lisant silencieusement que mon souffle a été comme coupé quand j’ai lu qu’il me proposait trois ans de contrat et de partir en tournée mondiale. Et quand j’ai demandé à ma mère de le lire pour confirmer si je rêvais pas, qu’elle m’a dit : « mais, mais… », moi qui réponds « c’est bien ça, je rêve pas ! » et mon fils de 6 ans qui me dit « maman, tu as gagné ! », et c’est là que j’ai réalisé en lui répondant et le serrant dans mes bras « ouiiiiiii, j’ai gagné ! ».

Ce n’était que le début d’une nouvelle ère, et d’émotions enchaînées. Je suis partie en Mai 2011 pour le début de la création au siège du cirque du soleil à Montréal au Canada. Seulement 3 mois et demi pour créer le spectacle de 2 heures. Nous tous, les danseurs, les acrobates, les musiciens et les chanteurs étions tous en résidence au cirque. Un des chapitres incroyables et l’un des plus durs de cette aventure de 3 ans et demi.

Avec la danse, que cherches-tu à transmettre ? Le message que la danse n’est pas un loisir, mais un vrai travail. Danser toujours pour Dieu car c’est Dieu qui donne les talents, danser pour faire plaisir à autrui et si faire passer des messages de paix et d’aide.

Suivant ton expérience, quelle a été la chose la plus difficile à accomplir pour réaliser tes rêves ? Toujours mettre de l’argent de côté pour m’y investir.

Quelle est ta plus grande peur ? Ne plus danser. 

Des projets futurs ? Seul Dieu le sait.

12596056_10206820612688643_1308639706_n

© Cirque du Soleil

527355mjimmortalpr

© Cirque du Soleil


INSPIRATION


Vidéo « Slave to the dance », © Carol Thorin

Qui est ton modèle dans la vie ? Michael Jackson.

Si tu étais une personnalité qui a marqué notre histoire, ce serait qui? Pourquoi ? (Rires) Aucune idée.

Quelle est ta principale source d’inspiration ? Les hommes.

45df967b

© Pitchfork


MESSAGE


© Soul

© Soul

« Jamais perdre espoir autrement l’espoir tombera à jamais! » 

Que dirais-tu aux jeunes et moins jeunes guadeloupéens pour les motiver et les pousser à vivre leurs rêves ? Toujours y croire, et de ne pas se contenter de ce qu’on lui demande en général, le travail personnel est à fournir.

Quelle direction devrait-on suivre, en faveur de notre société guadeloupéenne ? Le système américain. Penser que le travail n’en est pas un, mais c’est notre vie. Si tu aimes le travail que tu fais, alors tu ne travailleras plus jamais. 

12341028_10206332946817301_6329080746927198821_n

© Carol Thorin

Quelles actions positives de compatriotes admires-tu ? Les actions de nettoyage contre la pollution et les récoltes de fonds pour les démunis! 

Un mot pour la fin ? Jamais perdre espoir autrement l’espoir tombera à jamais !

11807257_10205648765993208_7680917171517105887_o

© Lenny Ladal

91 Partages